Surf Trip

Chacahua

image

Version française

Voici la deuxième partie de mon premier trip sur la côte pacifique et plus précisément Oaxaca, Mexico.

Après une bonne heure et demie de route depuis Puerto Escondido, nous sommes arrivés au village qui relie par bateau la presqu’île de Chacahua à la terre ferme. La seule personne que nous avons trouvé ayant à disposition une barque pouvant nous conduire à travers la mangrove de la lagune jusqu’au village de Chacahua nous demandait 1000 pesos pour deux. Nous avons tout de même réussi à négocier le prix à la baisse jusqu’à arriver à 500 pesos ; ce qui nous paraissait tout de même excessivement cher. Selon notre chauffeur, c’était le seul moyen d’accéder à Chacahua à cette heure tardive (16h30). Il y avait en fait une navette à 200 mètres d’où nous sommes partis, que nous avons empreinté au retour et qui ne coûte que 35 pesos. Le seul inconvénient est qu’elle ne dessert que la partie sud de la presqu’île. Il faut donc prendre une camionnette taxi qui ne coûte que 20 pesos. Nous avons payé 5 fois plus cher… Cela fait partie du jeu et je pense que c’est inévitable pour un étranger fraîchement débarqué au Mexique. Ça ne se reproduira plus!

À notre arrivée sur la plage de Chacahua nous avons revu un couple d’argentin que nous avions croisé à Puerto Escondido. Ils étaient accompagnés d’un australien, prénommé James, surfeur, lui aussi en trip en Amérique centrale.  Nous avons parlé de la médiocre qualité des vagues dans la baie de Chacahua et j’ai appris à mes dépens que ce spot ne fonctionne réllement qu’avec les swell de sud sud ouest c’est-à-dire au printemps et en été. Fort heureusement en discutant avec les locaux nous avons appris qu’un bon beachbreak fonctionnant toute l’année se trouvait juste de l’autre côté de l’embouchure de la lagune.  Nous avons donc décidé d’aller voir de quoi il retournait dès le lendemain matin « tempranito ».

image

Avant le lever du jour, les nombreux coqs m’ont extirpés de mon sommeil. Je les ai maudit dans un premier temps, puis j’ai assisté au réveil du village et à un incroyable levé de soleil sur le « cerro » se trouvant au nord de la presqu’Île. J’ai ensuite patiemment (façon de parler) attendu que la señora vienne ouvrir la cabaña pour que je puisse récupérer ma planche. Une mini session plus tard dans la baie de Chacahua et j’ai enfin vu arriver James aka Jim presque prêt pour aller surfer. Je n’avais pas vraiment envie de m’aventurer seul jusqu’à ce spot, ne sachant pas ce que j’allais y trouver et traverser tout seul l’embouchure du fleuve à la rame. Sachant que cet endroit semble être le paradis des crocos cela ne m’enchantait pas particulièrement.

Nous avons tout de même traversé à la rame et malgré le fort courant, nous sommes arrivés sains et saufs sur l’autre rive. Après une marche de quelques centaines de mètres nous sommes arrivés sur l’interminable beach break  offrant un large choix de peak tubulaires…  Il n’était que dix heures et pourtant le sable était tellement chaud que nous avons dû courir pour ne pas nous brûler les pieds. Nous avons donc choisi le break juste en face de nous qui semblait offrir des conditions un peu plus tranquilles qu’au nord de la plage. Malgré cela, la plupart des séries finissaient en close out et il fallait faire preuve d’intelligence dans le choix de ses vagues pour ne pas manger un bon gros wipeout sur le banc de sable. Scorer ces vagues avec personne autour à vraiment été un grand moment de surf, jusqu’à ce que nous partions sur deux vagues différentes sur le même set de vagues et que nous subissions le même intense wipeout à 10 secondes d’intervalles… Au moment où j’ai sorti la tête de l’eau, je m’attendais à voir ma board en deux morceaux mais elle était intacte. J’ai vu Jim en train de sortir de l’eau en me faisant des grands signes. J’ai pensé qu’il avait cassé sa planche mais en me rapprochant j’ai vu qu’il saignait abondamment de l’arcade. Fin de session direction le docteur du village pour quelques points de suture.

Nous avons ensuite profité des conditions climatiques parfaites pour nous relaxer dans les hamacs et profiter des spécialités culinaires locales. Après le retour de Jim, nous avons décidé de nous rendre au sommet du phare situé sur un mont de l’autre côté de la rive afin d’apprécier la vue 360º sur la lagune, la baie de Chacahua et la plage qui s’étend sur une dizaine de kilomètres. Nous pouvions apercevoir un surfeur profitant des conditions ventées mais néanmoins surfables pour se mettre une session solo. Je me suis dit que ce point de vue serait plus que parfait pour réaliser une vidéo de surf, à condition d’avoir en sa possession un très bon objectif…

image

Dernière nuit à Chacahua et dernière session avant le retour à Mexico city. Jim m’accompagne pour prendre des photos puisqu’il est indisposé par sa blessure à l’arcade. Cette fois ci nous traversons en bateau et à notre arrivée sur la rive, nous sommes accueillis par une meute de vautours. C’était la première fois que j’en voyais à l’état sauvage.

image

Nous sommes arrivés sur le spot avant que le sable ne commence à brûler les pieds. La vague paraissait parfaite mais malheureusement la marée était encore trop haute : en se formant elle rencontrait un fort backwash la rendant imprévisible. J’ai eu le droit à plusieurs chutes plutôt fun. Les conditions étaient plus difficiles que la veille mais j’ai tout de même réussi à me glisser dans plusieurs barrels sans pour autant réussir à en sortir. J’ai dû sortir plus prématurément que je ne l’aurais voulu car il nous restait plus d’une dizaine d’heures de route jusqu’à Mexico.  Nous avons cette fois choisi le moyen le moins cher pour rejoindre la voiture et nous sommes rentrés sains et saufs et dans les temps jusqu’au «dfectuoso ».

image

English Version

This is the second and final part of my trip in Oaxaca Mexico!

When we arrived in the town to take the boat to Chacahua, at our great surprise the only guy who could take us threw the Laguna asked us one thousand pesos for two. We negotiated and finally reached the price of five hundred pesos , which was still incredibly expensive according to what we expected. We learned later on that a few hundred meters down was the “public” water taxi for thirty five pesos who take you to the other part of the island. The only inconvenient is that the boat was only leading to the south part of the peninsula. Then you just have to take another taxi that cost only twenty pesos. Yes, we paid five times the price but it is part of the game when you are a freshman in Mexico… it won’t happen again.

At our arrival we had an unusual encounter with an Argentines couple that we had met previously. We talked with them and an Aussie dude about the poor quality of the wave’s right in front of us. This spot can apparently be really good but needs a south-south west swell. It means spring and summer. As our camp was located right next to the place that looked the most like a surf shop, I went asking about other spots around the place and they told me about a nasty breaking boards beach break right across the river after about ten minute walk. We didn’t need to hear more to motivate ourselves to go early in the morning see what this break looks like. ..

I woke up before dawn with the numerous roosters, first cursed them and then took a walk on the beach and enjoyed an incredible sunrise. After that I was just waiting impatiently for Jim and “laseñoradelacabaña” to open that I can get my board. A really small session and crappy session after I saw Jim appears and we got ready to go surfing some real waves.  The fact is: I didn’t want to go there by my own because I didn’t know what to expect there, moreover crossing the river that looks like crocodile paradise alone was not a really pleasant idea.

We crossed the river paddling pretty fast but despite the current that can take you if you don’t paddle your ass off, nothing were to signal.  A five hundred meters walk and we could start to distinguish a part of the desert and almost perfect beach break. As we were burning our feet to get to the shore (It was only ten am and the sun was already really nasty) we went straight to the point right in front of us. Most of the series were closing out and you had to be really smart in choosing your waves if you didn’t want to get smashed upon the sand bank. We had a lot of fun riding those waves with no one around and manage to score some good waves with little barrels. The final part of the session was a little less funny both of us took a serious wipeout on a different wave of the same set. After a pretty intense washing machine I got out and looked around, expecting to see my board in two pieces but fortunately was still in one piece. At this moment I saw Jim coming out of the shore break and making signs with his arms. I thought he had broken his board but when he asked me to take a look at his eyebrow I knew the session was over. He had a pretty bad cut five millimeters up to the eye, three centimeters… The board was damaged two and we knew he hits the nose because there was two centimeters of fiber missing on it. Jim used his shirt to band his eye like a pirate and we went straight to the village looking for a doctor for him to get some stiches.

With this incredibly nice weather, that was a good occasion for me to go chill in the hammocks with Alberto, enjoying the food specialties that the local are selling.

When Jim joined us we went to the light house of Galera the small village across the “arroyo”. This point of view offers a 360º view over Chacahua, the laguna, the bay and the ten kilometers beach break up north. Moreover with a good lent it will be the perfect spot to shoot a surf video. From there we could distinguish a surfer taking advantage of the wind to have himself a solo session with the lights going down.

Last night in Chacahua and last session early in the morning because we had to be back in the day to Mexico city. Jim accompanied me to take pictures; he couldn’t surf because of his injury. This time we crossed in boat for ten pesos each and at our arrival on the shore we met up with some vulture, actually the first ones I ever saw in the nature.  We arrived on the spot before the sand was burning and the waves looked really good but the tide was still too high and there was a pretty big backwash. I still had a lot of fun and took some funny falls because of that. I was craving for more surf but it was already pretty late. We came back to the camp pack our stuff, took the cheapest way to go back to the car and had a safe trip to Mexico!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *