Surf Trip

Viva Mexico #2

image

Site archéologique de Tulum et la barrière de corail du Yucatan en arrière plan. 

Archeological site of Tulum.

Un passage éclair à Cancun et à Playa Del Carmen et quelques jours au camping Pancho Villa sur la plage paradisiaque de Tulum à quelques pas du site archéologique. Après quelques jours de repos dans le Quintana Roo, au gré de l’eau, du vent, des moustiques et de fabuleuses rencontres, nous reprenons le chemin vers le Chiapas.

After picking up Elisa in Cancún we spent a few days between  Playa Del Carmen  and the camping Pancho Villa on the paradisiac beach of Tulum, a few steps away from the archeological site.  We really enjoyed the peninsula,  meeting incredible people, chilling, with the water, the wind, the heat and of course the mosquitoes, we took back the way towards Chiapas.

image

Pancho Villa entre jungle et mer.  Between jungle and sea.

image

Cenote X’quequén

Premier arrêt et non des moindres, Valladolid. Lors de mon premier passage, j’avais fait la connaissance d’Edouardo alias “Lalo” patron du Restaurant bar et karaoké La “Chispa” avec qui le feeling était très bien passé. Nous sommes donc retournés lui rendre visite et avons été accueillis comme des rois. Le deuxième soir Lalo nous a proposé de nous accueillir chez lui, nous sommes restés quelques jours aux petits oignons, avons eu la chance d’assister au spectacle de lumière de Chichen Itza en V.I.P. et une visite guidée des cenotes alentours.

First stop, and not the slightest, Valladolid. During my first passage, I had got acquainted with Edouardo alias “Lalo” owner of the restaurant/bar/karaoke “Chispa” with whom the feeling had passed very well. We returned to visit him and were welcomed as kings. On the second evening, Lalo proposed to host us in his home, we stayed a few days with him, and we were lucky to attend to the show of light of Chichen Itza as VIP and a guided tour of cenotes around Valladolid.

Elisa, Lalo le patron de “la Chispa” devenu notre ami et moi. 

Elisa, Lalo boss of the restaurant “la Chispa” who became our friend and I. 

image

La pyramide de Chichén Itzá pour l’occasion de la robe traditionnelle Maya.

Chichén Itzá’s main pyramid by night, dressed with traditional maya dress for the occasion. 

Nous avons finalement emprunté une camionette pour Merida où s’est joué un coup du destin décisif pour la suite de nos aventures! Nous nous sommes rendus sur la place principale, le “Zocalo” de la ville où se trouve la cathédrale et à ce moment précis s’est présenté à nous comme une apparition, un vieil homme des plus modestes. Il avait l’apparence d’un indien, chaussé de sandales et habillé de vêtements usés. Il nous explique avoir été guide pendant de nombreuses années mais que son activité a pris fin à cause de douleurs au genoux. Après quelques minutes de discussion, il nous conte l’histoire de la ville et de sa cathédrale, puis nous guide vers le marché maya qui se situe à droite de la cathédrale sous les arcades. Il nous présente à l’homme qui vend les hamacs. A ce moment là nous pensons tous les deux qu’il va nous demander une contribution pécuniaire, contre toute attente, Il reste cinq minutes, nous salue de la manière la plus courtoise et s’en va de la même manière mystique avec laquelle il est apparu.

Nous quittons le marché plein d’hésitations et passons quelques heures sur le Zocalo entre les prédicateurs, les vendeurs ambulants, les familles et les amoureux. Nous pesons le pour et le contre et dans l’indécision la plus totale nous décidons de procéder à un tirage au sort.

Quelques heures plus tard nous quittons Mérida chargés de deux hamacs… Je voudrais retrouver ce vieil homme et le remercier du fond du coeur car sans ces hamacs le périple aurait pu se transformer en calvaire à plusieurs reprises.

Nous passons une nuit horrible dans le bus qui nous conduit jusqu’à un crucero à vingt kilomètres de Palenque, puis nous prenons le pesero jusqu’au centre où nous achetons cordes pour nos hamacs et ravitaillements pour le camping.
Nous nous rendons au camping du jaguar situé à l’entrée du site archéologique,  et nous retrouvons notre ami Adam (canadien) rencontré quelques jours plus tôt au camping Pancho Villa de Tulum, puis nous sommes rejoint par mes acolytes Lauren et son copain Daniel et Jo Wilfried. Pour la première fois devant cette jungle luxuriante, ses cours d’eau et sa faune hors des sentiers touristiques, nous profitons au maximum. Nous profitons de nos cartes de professeur pour visiter deux fois le site historique qui est très impressionnant.

We finally took the minibus to Mérida. We wandered on the main square, “Zocalo” of the city where stands the cathedral. At this a moment appeared at us an old man of the most modest appearance,. He looked like a maya fellow, wearing sandals and dressed in worn out clothes.He was a guide during many years but his activity came to an end because of his painful knees. After a few minutes of chatting, he tells us the story of the city and its cathedral. He guides us towards the Mayan market which is located at the right of the cathedral, right under the arches. He introduced us to the man who sells hammocks.

At this moment, we’re both thinking that he is going to ask us for some money, contrary to all expectations, he stays with us five minutes, greets us in a most courteous way and goes away in the same mystic way with which he appeared. Finally, we leave the market,full of hesitations and spend a few hours on Zocalo between the clergymen, the salesmen, the families and lovers. We decide to flip the coin and finally come back there.

We leave Merida with two really nice Maya hammocks for eight hundred pesos both. Afterward, we don’t know how we could have done without it. I would like to thank this old man for guiding us in the right way…

We spend a horrible night in the bus which leads us up to a cross-road, twenty kilometers from Palenque, took a minibus to downtown where we bought ropes for our hammocks, food and water for the campsite. We go to the campsite of the jaguar situated in the entrance of the archeological site where we found our canadian friend, Dan, met a few days earlier in the campsite Pancho Villa in Tulum. Next day Lauren, her boyfriend Daniel and Jo Wilfried (F-X) joined us to explore the jungle for the first time. We enjoy  and discover the luxuriant jungle, its streams and his fauna outside the tourist paths. We take advantage of our teacher cards to visit twice the historic site which is very impressive. After an incredible day of swimming and jumping in the incredible Roberto Barrios’s waterfalls site (From which we have unfortunately no photo) we decide to hit the road towards San Cristóbal de las Casas.

Les singes s’incrustent dans le camping…

Monkeys invinting themselves in “El jaguar” camping…

image

Toute l’équipe et le “Gringo Loco” nous servant de guide dans la partie abandonnée du site archéologique. Ici, nous sommes tout en haut de la pyramide recouverte de végétation, avec une vue imprenable sur la jungle alentour. 

The whole crew and the “crazy gringo”, our guide in the lost part of the archeological site. Here, we are at the top of a pyramid wrapped up with the vegetation. 

image

Un peu de tourisme ça n’a jamais fait de mal à personne non?

A little bit of tourism never hurt nobody, right? 

image

Après une incroyable journée de nage et de saut entre les cascades sur le fabuleux site de Roberto Barrios (dont nous n’avons malheureusement aucune photo) nous décidons de faire route vers San Cristobal de las Casas.

image

San Cristobal de las Casas, Elisa et F.X. bien emmitouflés pour affronter le froid des montagnes après un changement de température de plus de 20°C. 

Tucked in scarfs in San Cristobal to face the mountains cold. 

De nombreuses personnes me décrivaient cette ville comme la “mecque” du Chiapas avec une ambiance incroyable. Cependant je n’y ai trouvé rien qui ne m’a ravi, mis à part l’énergumène   que vous pouvez voir ci contre, Prénommé Delmar…

Une petite ville de montagne où tous les marchants “d’artisanat” se rassemblent, qu’ils soient mexicains où baroudeurs pour espérer vendre leur marchandise…

Peut être l’appel de l’Océan Pacifique se trouvant juste derrière ces montagnes a-t-il été trop pressant pour me laisser apprécier ce folklore …
Nous quittons F-X qui se dirige vers le sud du Chiapas à la découverte des grands lacs.

Nous arrivons enfin sur la côte pacifique du Chiapas après de nombreuses connexions Tuxtla-Gutierez « touche-la! Touche la! », Arriaga, Tonala, Puerto Arista: Recherche d’une planche en vain.

Stop jusqu’a Boca Del Cielo où l’eau se déverse depuis les hauteurs de la Sierra Madre du Chiapas dans l’Océan Pacifique formant lagons, estuaires et îlots où se sont développées des communautés de pêcheurs qui vivent également de la venue de quelques touristes égarés ou de locaux venant se ressourcer à la plage.

Nous décidons d’aller explorer un petit peu plus au sud, intrigués par le nom du village Boca del Cielo. Nous nous lançons en stop sur l’unique route de la presqu’île. Le paysage est composé presque uniquement de manguiers et les montagnes en arrière plan.

Nous arrivons à Boca Del Cielo et devons encore traverser un bras du fleuve pour rejoindre la mer.

Numerous people described me this city as “Mecca” of Chiapas with an incredible atmosphere. However I found nothing there which delighted me, set apart the firebrand whom you can see this against, named Delmar …
A town of mountain where all the marchants “ of small business sector(crafts) ” gathers(collects), that they are Mexican where adventurer(fighter) “ to hope to sell them goods …

Can be the call(appeal) of Pacific Ocean being just behind these mountain he(it) was too pressing to let me appreciate(estimate) this folklore … We leave F-X who goes towards the Great Lake more south.

We finally arrive on Pacific Coast of Chiapas after numerous connections Tuxtla-Gutierez, Arriaga, Tonala, Puerto Arista: searching for a surfboard, in vain.

Hitchiking to Boca Del Cielo where the water pours since the heights of the Sierra of Chiapas in Pacific Ocean forming Lagoons estuaries and islands where has developed fishermen’s communities which also live on the coming of some misled tourists or on locals coming to get fresh ideas on the beach.

We decide to go to explore just a little further south, intrigued by the name of the village Boca del Cielo. We hitchhiked on the unique road of the peninsula. The landscape is composed almost only of mangoes and mountain in the background. We arrive at Boca del cielo and again have to cross the river to join the sea.

 

 

image

Coco sailor telling us about Jesus Christ and Jehovah witnesses…

image

Early in the morning somewhere lost in chiapas coast. 

image

Ne trouvant aucune planche nous faisons route vers Salina Cruz, ville portuaire bordée par de nombreux spots abritant des vagues World class.

Finding no surfboard, we made our road towards Salina Cruz, harbor city lined by numerous spots sheltering World class waves.

 

image

Playa Azul without swell…

image

Nous prenons le taxi depuis le centre jusqu’à Playa Azul mais le swell est loin d’être au rendez-vous. Je fais ma première session depuis un moment avec une antiquité qui se transforme en fontaine quand je la soulève de l’eau.

We took the taxi from downtown to the famous spot of Playa Azul and funded a palapa with a nice family to host us.

image

The Point.

Nous apprenons ce qu’est une mangue « sazon », c’est à dire encore verte et mangée avec du piment. En retour, nous transmettons quelques connaissances d’histoire géo, leur donnons un cours de photo et une séance de balançoire-hamac.

Le lendemain Fito est de retour avec une planche pour moi et il nous propose de nous conduire à Salina Cruz après une visite guidée des spots par Fito avec nos amis Brésiliens (dont le famosisimo point Punta Conejo à ne pas confondre avec le point presque aussi connu Punta Conejo situé en Basse Californie du Nord).
Nous nous rendons à l’Hotel du centre de Salina qui appartient à la mère de Fito et où les brésiliens sont logés pour une session piscine d’après session.

We learn thanks to the children what a « Sazon » mango is, which is still green and eaten with some hot pepper. In return, we pass on some knowledge of history and geography, give them a course of photo and a session of swing-hammock. Because of the strike, it has been two months since they went to school.

The next day, Fito was back with a board for me. After a guided visit of spots by Fito with our friends Brésiliens (among whom the famosisimo Punta Conejo not to confuse with the point almost so known Punta Conejo situated in Baja California Norte), he suggested us to go to Salina Cruz. After the session, we went to the Hotel of Salina’s center for a swim in the pool, a Hotel which belongs to Fito’s mother and where Brazilians were hosted.

 

image

I wish I would send rollers like that when i’m 50 years old…. Marcelo killing it in Barra de la Cruz!

Nous recroisons Marcello et Fabio nos amis brésiliens rencontrés avec le groupe de Fito à Salina Cruz. Nous partageons une bonne session capturés en image et une fois à Huatulco nous profitons de l’air climatisé de l’hotel et nous faisons même promener en scooter avec la brise de fin de journée!
Une vague de chaleur frappe le sud ouest du Mexique atteignant des températures déjà difficiles à supporter par les locaux, alors pour nous… Cela ralentit quelque peu le mouvement et Elisa est frappée par une bonne fièvre surement due à la chaleur, la force du soleil et les nombreuses piqures de moustiques. Nous nous mettons en route vers Puerto Escondio tant bien que mal et après avoir fait des pieds et des mains à Huatulco pour trouver une moustiquaire adaptée à nos hamacs.

We met once again Marcello and Fabio, our Brazilian friends, and we shared a good session captured by Elisa from the shore. Once in Huatulco, we took advantage of the air-conditioned offered by the hotel and we even make a trip in scooter with the breeze by the end of day!

image

Flavio the other brazilian friend having a lot of fun with the little bowl that offered us the spot of Barra. 

Nous rejoignons Fito à Huatulco qui nous emmène snorkeler dans une petite crique avant de nous redéposer sur la route de Puerto Angel et Zipolite et de repartir vers l’aéroport chercher de nouveaux clients.

Nous faisons du stop depuis la route principale, Zipolite, plage célèbre pour son ambiance particulièrement “peaceful” mais aussi pour être l’une des seules plages nudistes du Mexique. C’est le directeur de l’école primaire Puerto Angel qui nous prend en stop. Il nous explique les raisons de la grève des professeurs qui dure et nous entamons une discussion très intéressante sur la politique mexicaine.

A heat wave strikes the southwest of Mexico reaching temperatures already difficult to support by the locals, then for us… It slowed down a little bit our journey and Elisa was struck by a good fever, which was certainly due to the heat, the strength of the sun and many many mosquito’s bites.
We joined Fito in Huatulco who took us for a snorkel in a small creek before dropping us down the road leading to Puerto Angel and Zipolite, going back to the airport to pick up his surfers customers.

We hitchhiked from the main road leading to Zipolite, a place known for its « peaceful » atmosphere, but also for being one of the only nudist beach of Mexico.  The director of primary school finally took us to destination. He explained us the reasons of the really long strike of the teachers in Oaxaca. We started a very interesting discussion about the Mexican politics.

image

Fito and Elisa after a good snorkel session. Is the rope gonna break again? 

image

Zipolite, surf and corona.

Il nous dépose à Zipolite à l’hotel qui nous a été indiqué par Fito et je profite de la fin de journée pour tester ma 6’8’‘dans des vagues un petit peu plus conséquentes qu’a Barra de la Cruz et me rafraîchir avec une bonne «Kagwama» (du nom de la tortue géante) bien fresquista de Corona.

He dropped us in the hotel which was recommended by Fito and we enjoyed the sunset. An occasion for me to try my 6 ’ 8 “ in waves just a little more consequent than in Barra de la Cruz and then get refreshed with a good corona. We finally headed to Puerto Escondido next morning.

http://www.surfersjournal.com/photo/2015-05-01 

Photo du surfer journal de Adolfo « Fito » de Mareno Surf Trip en Salina Cruz. Pour l’anecdote il s’y est repris à trois fois pour arriver à surfer cette vagues, a mis une grande planche en deux et a droppé ça avec un 5‘’10 à deux dérives…

Picture of Adolfo “Fito’ from Mareno surf tours in Salina Cruz. For the story  he dropped two times this bomb and broke a 6″8 before managing to get in the barrel with a 5″10 and two fins… Pure Madness and Genius.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *