Skate Surf Trip

VivaMexico #4

image

Chacahua’s lagoona at sunset. 

image

Los locos de Cerro Hermoso

La session finie, nous nous sentons de plus en plus acculés par le groupe et décidons de poursuivre notre route vers Chacahua le plus vite possible. Malheureusement, l’un des individus présents ce matin là décide de nous accompagner à Chacahua et de rejoindre son pueblo en bateau. Nous sommes éprouvés et il parle très fort, principalement d’armes, de meurtres et de son ranch. Nous sommes plus que libérés une fois qu’il décide enfin de rentrer chez lui. Avant de partir, il offre à Elisa en signe d’affection, un collier avec une dent de requin, que vous pouvez voir sur la photo ci-dessus.

image

View from the lighthouse of Chacahua’s right hander. 

image

Oaxaca is full of empty lines up and hollow waves

A guy that speaks really loud and came to visit the family from the other side of the laguna for an unknown purpose, decide to take us to his uncle and aunt  palapa’s in Chacahua… We are starting to be desperate, the way to Chacahua is pretty long and uncomfortable, but with the heat and this guy who does not stop talking about his « rancho » and « pistolas » all this really loud, a headache is coming pretty strong. The truck taking us to Chacahua’s village from the other part of the Island is getting a flat tire less than one kilometer before we arrive. We have to wait twenty minutes in the sun or in the shadows with the bullshit talks of this guy.

He says to an old lady: « They are my guests, I protect them » right after he burns Elisa unintentionally with his cigaret, the old woman tells him: « Oh, right I can see that you are protecting them really well… »

When he finally decide to go home, he offers to Elisa a necklace with a shark tooth, that you can see on the picture before we leave Cerro Hermoso. We spend a night in the hammocks, his uncle and aunt are really nice and cook for us a delicious fish.

_____________________________________

Dès l’aube une nuée de moustiques de sable « sancudos » quasiment invisibles à l’oeil nu, s’est abattue sur Elisa qui était confortablement installée dans son hamac pendant que je me préparais à aller surfer … A vrai dire je n’avais jamais vu une si grande concentration de piqûres… L’après midi, nous prenons la route tant bien que mal pour rejoindre Acapulco où nous devions juste transiter jusqu’à Mexico. Nous arrivons à Acapulco dans le quartier de La Cruz, quartier populaire à la nuit tombée (nous apprendrons plus tard qu’il est considéré comme un coupe gorge). Je décide de contacter mon ami Julio rencontré lors de mon premier passage avec Alberto « Beto » (cf. le premier article sur l’ Acapulco Pro).

image

Playa princesa rookie working on his Air reverse. This session I surfed a formal board of the local champs “”El Yuco” Trujillo that “El mingo” who repaired my 6′8 lent me.

image

Lalo from Acapulco: Puercops CDMX/ Fanzine 1303 de As de Paz.

image

The view from our flat. Rain in the morning equal good surf and hot day… 

I wake up at dawn to go get a board at the « surfshop » and Elisa is comfortably getting literally eaten by the sand mosquitoes « sancudos ». She lived an horror movie to arrive in Acapulco. Mexico is everything in remeasure, I have never seen that much mosquito bites: like 1 million…

Once again we are really well hosted by Julio’s family. His grandparents lent us a whole flat with a balcony over the Acapulco Bay and Caleta’s harbor. We decided to spend more time with our friends in Acapulco with an incredible vibe despite the dangerousness of Guerrero and Acapulco zone. ..

A week of rest, beach and partying for my birthday.

image

In a famous place of La Quebrada, next to his house. 

We finally take the safe road to Mexico City to pick up a few things left like my other board, my skateboard, do some paper work and say bye to my friends there.

_____________________

Considérant qu’il n’était pas raisonnable de prendre la route de nuit nous prenons un taxi direction la Costera où Julio nous attend. Nous avons profité de la gentillesse des grands-parents de mon ami Julio qui nous ont laissé un appartement à Caleta, presqu’île qui ferme le nord de la baie d’Acapulco, avec une incroyable vue.

Après presque un mois de hamac, moustiques et un confort plus que rudimentaire, il n’a pas fallu beaucoup plus pour nous convaincre de prolonger notre séjour.

Une longue semaine à Acapulco où le surf a quelque peu été mis de côté pour laisser place à la joie de retrouver les amis, aux célébrations de mon anniversaire… Nous nous décidons enfin à plier bagage direction le Distrito Federal/Ciudad de Mexico.

La route nationale entre Mexico et Acapulco est aujourd’hui l’une des plus dangereuses du pays car elle fait l’objet de convoitise entre les narcos del Chapo et les groupes armés Guerreros Unidos et la Familia Michoacana. Nous avons donc décidé de prendre le bus qui emprunte l’autoroute.

J’arrive en tong dans le métro car j’avais perdu une janoski en montant dans le bus en urgence en quittant Barra de la Cruz…

 

Je sens quelque chose me toucher le pied, c’est un jeune garçon complètement défoncé à la « mona »  un solvant bon marché qu’ils sniffent toute la journée dans un chiffon. Ils rampent dans le métro pour cirer les chaussures des gens en espérant qu’on leur donne de l’argent. Malheureusement, dans la plupart des cas les gens ont plus peur d’eux qu’autre chose.Nous sommes logés chez mon ex voisin, Joaquin, un Veracruzano émigré depuis peu à Mexico pour être coiffeur barbier et dernier en date à s’être occupé de ma tignasse.

 

image

Charly back wallie.

I arrive in flip flops in Mexico City subway’s. I lost one of the Janoski’s my friend Colo offered me in the precipitation  when boarding into the bus in Barra de la Cruz ( the bus driver fainted to leave without us and we had a lot of things to charge…).

I feel something (someone?) touching my feets, he is a young guy creeping on the floor to polish the passengers shoes hoping they will give him some coins, most of the time people are just scared of them. His face is covered buy dust and a strong smell of solvant emanate from him because like a lot of poor kids, he is inhaling « mona » the street mexican name for the solvent you can buy 60 pesos a liter….

image

Banano Flip over drop in. 

image

Board slide pop out. 

Nous retrouvons aussi des potes du crew As de Paz, Charly, Axel, Banano, pour une session sur un spot mythique de Mexico et une séance de tatouage.

image

Charly Cheesburger & Elisa after a good tattoo session. 

Le moment du départ arrive plus vite que prévu et une fois de plus nous bataillons dans les transports en commun du Df, chargés comme jamais, avec un board bag de fortune fait de scotch et de leashs. Après une nuit et une matinée de transport (un accident sur l’autoroute entre Mexico et Guadalajara nous a fortement retardé), nous arrivons à Tecoman, dernière étape avant d’établir le camp dans le « famosisimo » hotel Real de Pascuales juste devant le deuxième beachbreak le plus violent du Mexique.

image

Central del norte before boarding in the bus to Guadalajara.

We arrive at my ex-flat where my neighbor mate receive us. He is from Veracruz and arrived two years ago to become a famous barber and hairdresser, he is the last one who has touched my hair and beard for the last time. I sworn I won’t cut my hair until I see him again. Next morning we met with my skaters friends from As de Paz crew for a good skate session in a famous spot of « El Defectuoso » a good chill and a tattoo session. Carlos « Charly Cheese » tattooed a perfect humming bird to Elisa.

Once again we are battling in public transports to join the bus central. This time we are way more heavier with all the things Joachin as kept for me . I arranged a make-shift board bag with tape, leashes and skateboard…After a whole night in the bus because their was a big accident on the highway, we arrive in Guadalajara bus station from where we are taking our connection to Tecoman last town before Boca de Pascuales, the second most violent mexican beach break…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *